This site uses cookies to provide a better experience. Continuing navigation accept the use of cookies by us OK

Security Council - Meeting on the situation in Haiti

Date:

04/11/2017


Security Council - Meeting on the situation in Haiti

Statement delivered by Ambassador Inigo Lambertini, Deputy Permanent Representative of Italy to the United Nations, at the Security Council meeting on the situation in Haiti (MINUSTAH) ---

Madame le Président,

je remercie la Représentante Spéciale et le Représentant Permanent de Haïti pour leurs interventions. L’Italie s’associe à la déclaration que toute à l’heure prononcera le représentant de l’Union Européenne.

Madame le Président,

Nous saluons l’achèvement du processus électoral et l’inauguration du Président Moise, la formation du nouveau Gouvernement et le renouvellement de l’Assemblée Nationale. L’ordre constitutionnel rétabli, nous encourageons les autorités haïtiennes à poursuivre un programme de réformes politiques, économiques et sociales afin de consolider la situation de sécurité, les institutions démocratiques et d’entreprendre un chemin de développement soutenable.

Permettez-mois de me concentrer sur deux points.

Premièrement :
Il s’agit d’un tournant crucial pour Haïti que la communauté internationale doit et est prête à accompagner de manière efficace et bien ajustée aux besoins actuels du Pays, en concertation étroite avec les institutions haïtiennes. A cet égard, nous apprécions les recommandations formulées par le Secrétaire General en faveur d’une transition responsable de la présence de l’ONU ayant l’objectif final de mettre l’Etat en condition de garantir de façon autonome la sécurité, les droits fondamentaux et le bien-être de ses citoyens.

Nous soutenons le désengagement graduel de MINUSTAH dans les prochains six mois et son remplacement avec une mission de peacekeeping plus légère axée sur le renforcement de l’état de droit, de la justice et des droits de l’homme, domaines dans lesquels nous attendons des avancées concrètes afin d’atteindre une stabilisation durable et une société inclusive et résiliente. Le « Compact » envisagé par le Secrétaire General dans son Rapport représente un outil pour faciliter ce processus et systématiser et orienter l’assistance de l’ONU et des autres acteurs internationaux.

Deuxième point :
Le Pays, et les Nations Unies dans leur assistance, nécessitent aujourd’hui de passer d’une réaction d’urgence à une stratégie structurée de reconstruction et développement à long terme. Nous sommes conscients des défis humanitaires et des fragilités qui pèsent sur ce chemin: les haïtiens souffrent encore des conséquences bouleversantes de l’ouragan Matthew qui a balayé le Pays et du fléau du choléra. La communauté internationale s’est mobilisée pour se joindre aux efforts nationaux en réponse à ces crises.

L’Italie s’est activée à la suite de l’appel d’urgence des Nations Unies en contribuant aux programmes de l’UNICEF et de la Croix Rouge Internationale. Nous saluons aussi la nouvelle initiative du Secrétaire General pour intensifier l’appui aux mesures de lutte contre le choléra et d’assistance aux victimes, approche qui a été adopté par l’Assemblée Générale en Décembre avec une résolution que l’Italie a co-sponsorisée.

Consolider sécurité, état de droit et institutions démocratiques, rendre le système judiciaire et de détention juste et efficace, assurer égalité et jouissance des droits fondamentaux, éradiquer la pauvreté extrême: ce sont des priorités incontournables dont les autorités haïtiennes sont appelées à s’assumer la responsabilité devant le peuple haïtien. Et je souligne, à ce propos, l’exigence d’une participation des femmes accrue à tout niveau politique, social et économique.

En conclusion, Madame le Président,

Le rôle de la communauté internationale demeure crucial, tout d’abord pour parachever la consolidation des capacités de la police. Les Nations Unies devraient déployer les instruments les plus appropriés à accompagner le Pays en évitant au même temps de se démobiliser hâtivement. Il faut maintenir cautèle et assurer continuité afin de ne pas gâcher les acquis des années de présence de MINUSTAH.

Nous croyons que la transition envisagée par le Secrétaire Général soit équilibrée: elle va doter ce Conseil d’outils calibrés et flexibles, taillés aux conditions sur le terrain et aux exigences des institutions haïtiennes. Elle correspond aussi bien aux paramètres d’efficacité, responsabilité et clarté de mandat identifiés dans le cadre de la réforme du peacekeeping que les Nations Unies ont amorcé.

Je conclue en réitérant notre engagement au sein de ce Conseil et des Nations Unies autant que de l’Union Européenne et au niveau bilatéral à poursuivre un effort conjoint et coordonné d’accompagnement des autorités haïtiennes vers une paix durable et une démocratie inclusive.

Merci.


990