Questo sito usa cookie per fornirti un'esperienza migliore. Proseguendo la navigazione accetti l'utilizzo dei cookie da parte nostra OK

Peacebuilding Commission - Meeting sul Sahel

Data:

12/11/2018


Peacebuilding Commission - Meeting sul Sahel

Intervento dell'Italia durante il meeting della Peacebuilding Commission sul Sahel ---

Merci Monsieur le Président,

Aujourd’hui nous avons désormais beaucoup d’occasions pour parler du Sahel au niveau international, mais il faudrait profiter de ces occasions, y incluse celle d’aujourd’hui, pour parler du Sahel non seulement en termes de défis mais surtout et aussi en termes d’opportunités, aussi bien de réflexion que d’action. Ces opportunités se développent sur troix niveaux.

Le premier niveau est celui des opportunités pour les Etats de la région, qui, au-delà des facteurs objectifs de crise, peuvent mettre en évidence leur potentiel humain et socio-économique, et les opportunités pour les partenaires internationaux pour réfléchir sur leur approche aux problèmes de la région et sur l’importance d’avoir un regard transrégional, multidimensionnel et multi-parties.

Le deuxième niveau d’opportunités sont les opportunités pour le secteur privé, qui a été mentionné par certains orateurs, et qui est souvent capable de reconnaître les espaces d’initiatives là où les Etats ou les institutions publiques voient seulement des défis.

Le troisième niveau d’opportunités, ce sont les opportunités pour les Nations Unies et bien évidemment pour ses Etats Membres de re-calibrer leur action d’une manière coordonnée et complémentaire, et ça c’est le sujet spécifique de cette session. Nous soutenons une coordination pleine avec les acteurs régionaux comme l’Union Africaine, l’ECOWAS et le G5 Sahel.

Pour les Nations Unies, il faut le dire, le Sahel est au même temps un laboratoire et un banc d’essai, parce-que pratiquement toutes les questions dans l’agenda des NU sont concentrées sur le terrain dans le Sahel.

Les trois niches d’opportunité que j’ai indiquées auparavant sont d’autant plus importantes si on va les superposer au travail at au potentiel de la Commission de Consolidation de la Paix. Nous accueillons avec faveur l’interrelation et la synergie qui a été établie entre la Commission, le Conseil de Sécurité, l’Ecosoc, comme a dit aussi l’ambassadeur de la Corée. Ça va certainement dans le sens de l’intégration et de la complémentarité entre les différents mandats des Nations Unies.

En ce qui concerne le rôle et la contribution de l’Italie, comme on l’a mis en évidence au cours de la Conférence Ministérielle Italie-Afrique qui s’est tenue à Rome il y a deux semaines, nous avons renforcé notre engagement dans la région, dans la conviction que les objectifs de paix, de sécurité, de bonne gouvernance et de développement durable doivent être poursuivis d’une façon globale.

Nous soutenons financièrement et participons à la MINUSMA, nous assurons notre appui à la force G5 Sahel et participons aux missions européennes au Mali et au Niger. En outre, nous sommes fortement engagés au niveau bilatéral dans le renforcement des capacités sécuritaires des pays du Sahel, à travers de nombreux programmes de formations.

Au même temps nous sommes conscients que la réponse à la menace terroriste ne peut pas être seulement sécuritaire parce-que il n’y a pas de paix sans développement.

Donc, sur le côté développement, notre action est caractérisée à la fois par des réponses d’émergence aux crises humanitaires et par des projets à long terme censés promouvoir le développement durable de la région, favorisant la création d’emploi et la formation des capacités d’entreprise, surtout des jeunes et des femmes, qui peuvent être réellement les agents de changement dans la région, comme a été souligné par plusieurs orateurs.

L’Italie participe à l’Alliance pour le Sahel, qui veut soutenir les choix nationaux, ne pas les remplacer.

Nous soutenons, aussi d’un point de vue financier, la réalisation du Plan des Nations Unies d’Appui au Sahel et l’action du RSSG du Conseiller Special.

Au même temps – et je conclue Monsieur Président - l’Italie reste un partenaire solide de la Commission de la Consolidation de la Paix e du Fond de la Consolidation de la Paix, auquel nous avons récemment annoncé une nouvelle contribution de 600.000 Euros.

Je vous remercie.


1291